L'UDC dépose l'initiative

"Contre l'immigration de masse"

L'UDC a déposé aujourd'hui l'initiative populaire "contre l'immigration de masse". Signée par 136 195 personnes en seulement sept mois, cette initiative exige que la Suisse reprenne le contrôle de l'immigration. De plus en plus de personnes affluent en Suisse avec les conséquences graves que l'on sait pour le marché du travail, les salaires, les loyers, les prix du sol, les moyes de transport, l'énergie, l'environnement, les écoles, la santé publique et les institutions sociales. Ce développement néfaste résulte avant tout de l'immigration en provenance de l'UE, du regroupement familial, des frontières ouvertes et des problèmes sans cesse reportés dans le domaine de l'asile.

Un Etat souverain doit avoir le droit de contrôler quantitativement et qualitativement l'immigration. Il en va aussi des intérêts de l'économie. Cette initiative donne au peuple les moyens de stopper l'immigration de masse incontrôlée que subit la Suisse depuis quelques années.

Les 136’195 Suissesses et Suisses, qui ont signé l'initiative populaire "contre l'immigration de masse", exigent que la Suisse contrôle à nouveau de manière indépendante l'immigration d'étrangers. Le nombre d'étrangers vivant en Suisse a augmenté de 200’000 depuis le 1.1.2008 alors que durant cette même période 160’000 étrangers ont été naturalisés. L'immigration massive de ces dernières années a fait augmenter rapidement la population résidente avec les effets que l'on connait dans tous les domaines de la vie. Diverses estimations indiquent que la Suisse comptera quelque 10 millions d'habitants dans vingt ans.

Cette initiative exige donc que la Suisse impose des plafonds annuels et des contingents pour les autorisations de séjour. Il s'agira également de veiller à ce que ces dispositions ne puissent pas être contournées. Le texte de l'initiative prescrit donc que toutes les catégories d'étrangers soient prises en compte, soit aussi les frontaliers et les personnes du secteur de l'asile. La Constitution fédérale sera en outre complétée par une disposition selon laquelle l'immigration est admise si elle est conforme aux intérêts de la Suisse et à condition que la priorité soit accordée aux Suissesses et aux Suisses sur le marché du travail. L'initiative impose une série de critères concernant l'octroi des autorisations de séjour: le demandeur doit faire état d'une offre d'emploi d'un employeur suisse et seules des personnes souhaitant effectivement s'intégrer seront admises à immigrer et à s'établir en Suisse. Enfin, les candidats à l'immigration doivent faire la preuve d'une base existentielle indépendante et suffisante.

Berne, 14 février 2012